La dure journée de Thomas


Imaginée par le collège Porte du Médoc en Gironde, département en grève depuis le 20 mars

8h : Thomas, élève en 5ème , franchit l’entrée sans contrôle. Les deux retraités embauchés par l’établissement ont bien du mal à regrouper les 20 classes : plus de surveillant ?
Thomas rejoint ses 35 camarades et découvre avec surprise un nouvel intervenant en mathématiques, le troisième de l’année : plus d’enseignants titulaires ?
9h : Il va forcément en anglais, il aurait aimé étudier l’allemand mais depuis la rentrée la discipline a disparu : plus de crédits du conseil général pour cette langue ?
10h : Dans l’escalier fraîchement tagué, au milieu des bousculades, il évite les souillures et les crachats au sol : plus d’agent d’entretien pour la journée ?
10h20 : il retrouve avec joie son professeur de physique, absente depuis 2 mois et non remplacée : plus de professeurs remplaçants ?
11h : Il se rend en salle informatique, il ne pourra plus travailler que 10 mn au clavier car la moitié des ordinateurs est hors service : plus de maintenance de réseau ?

Enfin midi, la cantine ! Un employé de la société de restauration privée lui remet son plateau repas : plus de cuisine préparée sur place ?
Pendant que, par la fenêtre, il observe ses petits camarades manger un sandwich (plus de fonds sociaux ?) un grand de troisième lui subtilise son dessert : toujours pas de surveillant ?

Ainsi se déroule sa journée, et même s’il souffre de cette situation, pas question de trouver de l’aide auprès de l’assistante sociale ou du médecin scolaire : plus de personnel médico-social ?

Quant à son avenir, il aimerait entrer en LEP pour reprendre le garage de tonton, mais.... : plus de section mécanique ?
A qui en parler : plus de conseiller d’orientation psychologue ?

Ce scénario catastrophe est la réalité qui se profile pour nos enfants pour la rentrée 2003/2004, c’est pourquoi les personnels de l’éducation nationale sont en grève reconductible et demandent aux parents de se mobiliser …