Eloge du latin

Je viens de lire votre invitation à signer la pétition concernant la circulaire du 2 août 2002 publiée au B.O du 29 août 2002, relative à l’organisation dans les collèges des classes à horaires aménagés musicales, qui enlève aux élèves qui y sont admis la possibilité de choisir une option facultative, c’est à dire de suivre des cours de latin ou de grec, « afin d’éviter toute surcharge excessive ».
Il est bien évident qu'une telle mesure a pour but de faire des économies.

Je suis professeur d'histoire-géographie. J'ai environ trente ans. L'an dernier j'étais nommée dans un collège où le professeur de lettres classiques est entrée en dépression très lourde (plusieurs mois). Après avoir parlé maintes fois avec elle, elle m'a avoué ne pas supporter les multiples attaques dont le latin et le grec étaient l'objet - attaques datant de plusieurs années. Ainsi, les élèves présentant un certificat médical en cours d'année afin d'arrêter le latin étaient autorisés à le faire par la direction !! De même, la direction ne mentionnait pas dans ses prospectus d'information à l'attention des parents qu'il était possible de faire du latin dans ce collège.

Enfin, j'ai moi-même déjà entendu dans mon ancien collège (classé ZEP) des professeurs soutenir que le latin ne servait à rien !! Je sais que cela paraît à peine croyable mais c'est vrai ! Cette matière était considérée comme "bourgeoise" !!
Lorsque j'étais à l'IUFM, certains de nos formateurs considéraient que c'était là des disciplines qui ne servaient qu'à augmenter les différences sociales entre bourgeois et classes sociales populaires voire défavorisées. Beaucoup de jeunes stagiaires, attentifs aux nouvelles théories pédagogiques étaient d'accord avec ce point de vue.

Or, je suis moi-même issue de milieu ouvrier, immigré de surcroît et je dois beaucoup au latin. Je suis heureuse d'avoir pu apprendre cette langue qui m'a été très utile pour maîtriser la langue française mais aussi la philosophie, les classiques .... De même lorsque j'étais en maîtrise d'histoire médiévale, cela m'a beaucoup servi pour maîtriser le latin médiéval. J'avais à l'époque fait part de mon expérience aux stagiaires ainsi qu'au professeur mais ils m'ont vite fait comprendre que j'étais élitiste...
Dans ce cas, je suis élitiste mais pour tous, surtout pour les classes défavorisées...

Bref, je voudrais - ô combien - signer la pétition.


Un professeur d'origine immigrée pauvre.