PETITION POUR LE MAINTIEN DE L’OPTION FACULTATIVE DE LANGUES ANCIENNES EN CLASSES C.H.A.M DANS LES COLLEGES



La circulaire du 2 août 2002 publiée au B.O du 29 août 2002, relative à l’organisation dans les collèges des classes à horaires aménagés musicales, enlève, aux élèves qui y sont admis, la possibilité de choisir une option facultative, c’est à dire de suivre des cours de latin ou de grec, « afin d’éviter toute surcharge excessive ».
Or, depuis une dizaine d’années que les classes C.H.A.M existent, un tiers, ou plus, de leurs élèves a eu accès à ces options avec intérêt et succès, s’agissant d’enfants motivés et volontaires.
Sous des dehors qui se veulent raisonnables, cette mesure pénalise l’excellence. Elle permet de réaliser quelques économies, en fermant des classes de langues anciennes, au détriment d’une culture que nous partageons avec d’autres pays d’Europe, au détriment aussi d’une conception universaliste de l’école.
En effet, un petit nombre d’élèves inscrits en C.H.A.M poursuit une carrière musicale, tandis que la majorité se retrouve au lycée dans des classes non musicales. Les parents déplorent qu’on prive ainsi leurs enfants de toute possibilité de suivre une option de langue ancienne à partir de la seconde, les classes de grands commençants ayant été fermées.
Faut-il rappeler que dans nombre de cursus littéraires, au sens large du terme, mais aussi en architecture ou arts plastiques, en médecine… ou en musique, on peut tirer profit de la culture classique ?
Faut-il rappeler qu’en classes préparatoires aux grandes écoles, on s’exerce à une épreuve de culture générale incluant, entre autres, la connaissance d’œuvres antiques, telles L’Iliade ou La République ?
Est-il besoin de rappeler que monsieur Darcos est agrégé de lettres classiques et enseigna en khâgne ?
C’est pourquoi, au nom du droit d’accéder à une culture réelle, complète, et non pas tronquée au gré des modes et des restrictions budgétaires, avec le soutien
_ d’associations de parents d’élèves
_ d’associations de professeurs
_ de syndicats
nous demandons la suppression de ce point de la circulaire du 2 août 2002 et le retour à la liberté de choix des parents, en ce qui concerne l’option facultative de langues anciennes à partir de la classe de cinquième.

Si vous en êtes d'accord, vous pouvez signer en envoyant un message au gestionnaire du site. Indiquez vos coordonnées : nom, prénom, adresse personnelle ou professionnelle, code postal et ville.

Merci.