PÉTITION NATIONALE POUR LA SUPPRESSION DES IUFM

Cheville ouvrière de la « démocratisation » de l’enseignement secondaire encadrée par la loi de 1989, les Instituts universitaires de formation des maîtres (IUFM) ont aujourd’hui douze années d’existence.

Leur bilan est un bilan de faillite.

Fondés en principe pour faire la synthèse entre formation disciplinaire de haut niveau et pratiques de terrain, ils auraient dû être à la fois les instruments de l’élévation du niveau des enseignants et les « passeurs » de l’expérience éclairée qui explique la réussite de la politique d’instruction volontariste de la IIIe République (50% de conscrits analphabètes en 1830, 5% en 1910) ainsi que la réputation mondiale de l’École française.

Au contraire, ils ont instillé avec constance le dénigrement des disciplines et de tout savoir traditionnel,

ils ont imposé à des milliers de futurs professeurs le chantage à la titularisation, d'inefficaces théories de l'apprentissage, en lieu et place du patient artisanat sous la direction de professeurs chevronnés.

Oui, il faut restituer complètement à l'Université la préparation du Capes et supprimer l'épreuve sur dossier,

Oui, il faut pour les professeurs d'école une formation initiale plus complète et solide dans les disciplines de base, français et mathématiques, non assurée par l'IUFM,

Oui, il faut supprimer le mémoire professionnel des PE2 et PLC2, comme l'ont demandé divers syndicats,

Oui, il faut améliorer la formation théorique dans la discipline,

Oui, il faut conforter la formation continue en l'ôtant de la coupe des IUFM, en la rendant totalement à l'université ou aux grandes écoles,

C'est pourquoi cette structure dispendieuse et inutile doit se réformer ou disparaître.

NOM Adresse postale ou électronique Signature
.
.
. .
.
.
. .
.
.
. .
.
.
. .
.
.
. .
.
.
. .
.
.
. .

Reconstruire l’école, 401 rue du Général de Gaulle 77390 Fouju ; http://membres.lycos.fr/reconstrlecole